Marchés publics: levier pour l’économie circulaire

Pirmin Schilliger

Avec un volume d’environ 40 milliards de francs, le secteur public est le principal acheteur sur le marché de l’approvisionnement. Il dispose ainsi d’un levier puissant pour promouvoir l’économie circulaire. Le centre de compétences Prozirkula à Bâle a été créé il y a deux ans afin d’accélérer la transition d’une économie du jetable à une économie circulaire dans l’approvisionnement public et privé.

Il y a des années que les Pays-Bas mobilisent des milliards pour stimuler l’économie circulaire par le biais des marchés publics. Il y a quatre ans, l’organisation Circular Economy Switzerland et l’entreprise de conseil ecos ont commencé, avec le projet Circular Cities Switzerland, à faire fructifier le savoir-faire néerlandais en Suisse. Sur la base de cette expérience, les deux experts de l’économie circulaire Marco Grossmann (ecos) et Raphael Fasko (bureau d’ingénieurs-conseils Rytec Circular) ont développé l’idée d’un centre de compétences dédié aux achats publics circulaires, qui a finalement débouché sur la création de Prozirkula.

À l’aide d’un financement initial de la Fondation mava, Rytec et ecos ont commencé à monter le entre de compétences au printemps 2020. Après une phase de lancement de deux ans, Prozirkula accède en avril 2022 au statut de Sàrl svelte avec comme unique employée sa directrice Antonia Stalder. Certains membres du personnel d’ecos et de Rytec Circular travaillent aussi régulièrement pour Prozirkula sur la base de mandats. Le modèle d’affaires prévoit que la jeune entreprise devrait se financer elle-même par son offre de services au plus tard dès 2024. Antonia Stalder se montre optimiste: «Il s’est révélé dès le début que l’intérêt pour notre offre est très grand et qu’il ne cesse de croître.»

Prozirkula © regiosuisse

La légère pression de la loi

Cet intérêt croissant s’explique essentiellement par la révision, en vigueur depuis 2021, de la loi fédérale sur les marchés publics (lmp). Le personnel de l’administration ainsi que les décideuses et les décideurs politiques au niveau fédéral, cantonal et communal sont plus ou moins tenus depuis cette date de donner plus de poids aux critères de la durabilité et spécifiquement de l’économie circulaire dans leurs achats. Le prix à lui seul ne doit pas être l’argument décisif d’adjudication. Il s’agit d’intégrer bien davantage des critères tels que la préservation des ressources, l’efficience énergétique, la neutralité climatique, etc.

Ce n’est pas par hasard que l’attention de Prozirkula se concentre en premier lieu sur les marchés publics: avec un volume d’achats d’environ 40 milliards de francs, le secteur public est l’acteur le plus important sur le marché de l’approvisionnement. Il dispose du plus grand levier pour activer l’économie circulaire. Avec ses décisions en faveur de solutions circulaires, il peut poser les jalons décisifs d’un développement durable. Il est toutefois regrettable que la loi se limite à des recommandations. Les décideuses et les décideurs conservent donc toujours une grande liberté pour choisir entre la variante la plus avantageuse et la plus écologique lors d’un achat.

Travail de pionnier et projets pilotes

Immédiatement après sa création, Prozirkula a lancé un premier projet pilote, suivi entre-temps par d’autres projets. En se fondant sur la «Feuille de route pour la réutilisation de meubles», l’Office de l’environnement et de l’énergie de Bâle- Ville (aue) a par exemple réutilisé son ancien mobilier dans l’immeuble neuf achevé en 2021 au centre de Bâle. Le bâtiment lui-même, de construction hybride bois-béton, doté d’une façade photovoltaïque et conforme au label Minergie-A-ECO, répond aussi en grande partie aux critères de l’économie circulaire. Les Services industriels de Bâle (iwb) ont aidé Prozirkula à intégrer les principes de l’économie circulaire dans l’appel d’offres pour les bornes de recharge électrique. Armasuisse mise désormais aussi sur les critères d’adjudication de Prozirkula chaque fois qu’il achète du matériel électronique. Les cff travaillent avec un outil d’analyse codéveloppé avec Prozirkula pour évaluer les opportunités et les risques de chaque catégorie de marchandises en termes d’économie circulaire.

«Chaque fois qu’un projet d’économie circulaire est lancé, les acteurs impliqués ne peuvent pas éviter de faire oeuvre de pionniers», estime Antonia Stalder. Il n’existe que peu de références ou de solutions standard que l’on peut simplement reprendre telles quelles. Il est rare que les acheteurs publics puissent se procurer des offres et des produits standard: ils doivent développer de nouvelles solutions avec les fournisseurs. Tel est leur véritable défi. La transition vers l’économie circulaire commence dans la tête, car les achats circulaires se fondent sur une nouvelle manière de penser. Le personnel de l’administration et les managers s’aventurent généralement en terrain inconnu et sont confrontés à des exigences inhabituelles lorsqu’ils s’intéressent à des achats circulaires. Dans cette situation, Prozirkula leur propose un soutien professionnel. «Nous accompagnons les processus d’achat et veillons à ce que les appels d’offres intègrent déjà les principes de l’économie circulaire», explique Antonia Stalder.

Le centre de compétences Prozirkula favorise la transition vers des pratiques de production et de consommation circulaires par les moyens suivants: conseil, formation continue, transfert de savoir, mise en réseau et base de connaissances. «Nous rendons régulièrement compte de projets phares et de nos expériences lors de manifestations, par exemple lors du Forum des usagers de l’économie circulaire en septembre de cette année», ajoute Antonia Stalder.

Plus-value écologique et économique

Avec ses services, le centre de compétences s’adresse certes en premier lieu aux acheteurs publics, mais les directrices et directeurs d’achat des entreprises ont également tout intérêt à faire appel aux spécialistes de l’économie circulaire de Prozirkula. Antonia Stalder se dit convaincue que «les entreprises qui intègrent stratégiquement les principes de l’économie circulaire dans leurs processus peuvent escompter de meilleures chances de l’emporter lors de marchés publics». Les modèles d’affaires dans lesquels la plus-value écologique et la plusvalue économique vont de pair sont de plus en plus fréquemment demandés. Le fabricant de meubles Zesar, Tavannes (JU) qui a développé du mobilier circulaire pour les écoles et les bureaux, a par exemple des atouts à cet égard.

Si les acteurs publics exploitent systématiquement leur pouvoir d’acheteurs et ne misent plus que sur des fournisseurs qui appliquent des modèles d’affaires circulaires, ceci créera un effet boule de neige et stimulera la transformation vers l’économie circulaire dans l’industrie et les arts et métiers. De plus, tous les acteurs contribueront de manière décisive à atteindre l’objectif de développement durable (odd) 12 «Établir des modes de consommation et de production durables» ainsi que d’autres odd.

prozirkula.ch

Autres articles

Un trait d’union entre la terre et les start-up

Patricia Michaud

Prolongement d’un projet pilote soutenu par le SECO, Star’Terre est une structure qui met en lien les milieux agricoles et entrepreneuriaux des cantons de Vaud, de Genève, de Fribourg et du Valais. Avec un focus sur la consommation locale, les circuits courts et le retour de valeur ajoutée pour la région.

C’est l’histoire – aussi banale que fictive – d’une famille vivant dans un appartement du centre de Nyon (VD). En grandissant, les enfants manifestent un intérêt de plus en plus prononcé pour la terre et pour la nourriture. L’étroit balcon du domicile familial, déjà encombré par une table et une mini-déchetterie, ne permet pas d’accueillir des bacs propices à la culture de légumes. Il reste à peine la place d’y entreposer quelques pots d’herbes aromatiques. Tous les dimanches, la petite troupe met donc le cap sur la parcelle qui lui est allouée dans le jardin participatif local Au-Potager. Parents et enfants s’adonnent aux joies de l’arrosage, du désherbage et – plaisir suprême – de la récolte, tout en bénéficiant de conseils professionnels.

© regiosuisse

Offrir une opportunité de pratiquer l’agriculture contractuelle, en tant que nouvelle voie de consommation alimentaire: c’est le but affiché par l’association  Au-Potager, qui compte déjà trois antennes dans le canton de Vaud. Cette structure, qui propose par ailleurs des services visant à multiplier cet type de jardins en Suisse romande, fait partie des quatre projets qui ont décroché en 2022 un accompagnement Star’Terre. Les autres lauréats sont Local Impact (élaboration de la plateforme digitale fribourgeoise «Cuisinons notre région»), L’Ortie (projet de maraîchage en gouvernance partagée sur sol vivant dans le canton de Genève) et Lupi Food (développement dans le canton de Vaud d’une nouvelle filière de protéines végétales liée au lupin suisse).

Dans le cadre de cet accompagnement qui s’étend sur trois ans et représente environ 12 000 francs par projet, les quatre structures bénéficient d’expertises thématiques dispensées par des professionnels (par exemple en ce qui concerne la chaîne de valeur, les aspects juridiques, l’éco-conception ou encore la stratégie économique). Ils ont par ailleurs accès à une base d’informations ainsi qu’à des outils spécifiques, et peuvent s’appuyer sur le solide réseau d’acteurs des écosystèmes à l’interface desquels Star’Terre se positionne activement: écosystèmes agricole, entrepreneurial, de l’innovation et académique.

Promouvoir la consommation locale

Le nom Star’Terre en dit long sur la nature et les objectifs de cette entité, qui se veut – entre autres – un trait d’union entre le monde des start-up et celui de la terre. «Notre but est de rapprocher les milieux agricoles, alimentaires, de l’innovation et de l’entrepreneuriat autour d’une thématique centrale, celle de la consommation locale», explique Magali Estève, membre de l’équipe de coordination. Par «locale», on entend ici une région qualifiée de «métropole lémanique» et recoupant les cantons de Vaud, de Genève, de Fribourg et du Valais, où Star’Terre est active.

Star’Terre est une structure très jeune, puisqu’elle n’existe sous sa forme actuelle que depuis mars 2020. Mais il s’agit en fait d’un prolongement du projet intercantonal «Consommation locale dans la métropole lémanique» réalisé dans le cadre du «Programme pilote territoire d’action Économie» développé par le SECO. Ce programme national, qui comportait six projets au total, s’est déroulé sur trois ans, entre 2017 et 2019. Suite à cette expérience, les acteurs impliqués dans l’aventure «Consommation locale dans la métropole lémanique» ont décidé de pérenniser la structure, ce pour deux raisons. Premièrement, parce qu’elle apportait des éléments de réponses à plusieurs lacunes (notamment le manque d’aides spécifiques aux projets situés à l’interface entre entrepreneuriat agricole et non agricole, ainsi que le manque de synergies entre les divers programmes de soutien existants). Deuxièmement, parce qu’elle permettait de mettre en valeur le potentiel de la métropole lémanique.

«Star’Terre vise un vrai changement de modèle», souligne Magali Estève. «Nous appuyons les acteurs locaux dans leur volonté d’innover, de partager et de mieux valoriser les savoir-faire agricoles et alimentaires.» Le tout dans une optique de «retour de la valeur ajoutée aux producteurs et à la région». Initiative intercantonale dès ses débuts, Star’Terre est portée par les services de l’agriculture des quatre cantons impliqués, ainsi que par l’Association suisse pour le développement de l’agriculture et de l’espace rural (AGRIDEA), à laquelle est rattachée Magali Estève.

© regiosuisse

Retour de valeur ajoutée

«Notre structure a été conçue comme un guichet qui propose des informations et des outils à tous les porteurs de projets en lien avec les thématiques se situant dans notre domaine de compétences, agriculteurs et entrepreneurs en tête», explique Magali Estève. Il suffit pour ce faire de prendre rendez-vous avec un membre du réseau Star’Terre, qui oriente vers les organismes compétents et les ressources adaptées. A noter que le soutien de la structure est payant pour les projets hors appel.

Au-delà de cette fonction de guichet, Star’Terre se veut aussi un lieu de mise en réseau (qu’il s’agisse de compétences ou de ressources), ainsi qu’une base de connaissances. «Nous éditons de la documentation, par exemple un guide pour lancer son épicerie participative.» Sans oublier la mise sur pied d’évènements. Un webinaire gratuit a ainsi présenté des outils d’innovation axés sur les circuits courts pour agriculteurs, start-up et PME. Lors d’un cycle de rencontres thématiques, les participants ont pu découvrir les avancées en matière de techniques de valorisation des coproduits et des déchets agricoles et alimentaires. «Nous constatons un intérêt de plus en plus marqué pour les notions d’analyse du cycle de vie, de circularité; c’est un pilier que nous allons encore renforcer.»

Reste que le cœur d’activité de Star’Terre demeure l’accompagnement de projets en phase de démarrage. «Il doit s’agir de projets qui ont moins de trois ans et qui ont trait à la production, la transformation, la distribution ou la valorisation», précise la responsable. Logiquement, les personnes qui déposent une demande de soutien doivent être actives dans la zone d’activité de Star’Terre. Par ailleurs, leur projet «doit d’une manière ou d’une autre contribuer à l’augmentation du volume de consommation de produits locaux et présenter un retour de valeur ajoutée pour l’agriculture locale». Enfin, les initiatives soumises au comité de sélection doivent être axées sur la nouveauté, avoir des chances de succès, «être facilement reproductibles dans un autre canton et potentiellement atteindre un marché dépassant les frontières de la métropole lémanique».

© regiosuisse

Un modèle à exporter

Depuis le lancement de la structure pilote en 2017, 26 projets ont été accompagnés par Star’Terre. Parmi eux figure un des «Fruits de Martigny», une société anonyme active depuis plus de vingt ans dans la commercialisation de fruits et légumes valaisans. «Elle souhaitait innover en produisant une gamme de jus de fruits et de légumes aux valeurs nutritives préservées grâce à la pascalisation», un processus de pasteurisation à froid par haute pression, rapporte Georg Bregy, adjoint du chef du Service valaisan de l’agriculture et membre du comité de pilotage de Star’Terre. Ce projet, qui a obtenu un soutien en 2020, «constitue un bel exemple de l’apport de Star’Terre à l’économie régionale», poursuit-il. «Dans un canton alpin et touristique comme le Valais, utiliser l’innovation pour favoriser la consommation de la production locale est particulièrement intéressant.»

Autre canton, même son de cloche. Jean-Marc Sermet est le chef du secteur contributions et structures de l’Office genevois de l’agriculture et de la nature. Il est lui aussi membre du comité de pilotage de Star’Terre. «Avant, nous avions tendance à nous concentrer sur le terrain agricole; or, en allant au-delà, en trouvant des chemins innovants pour mettre en contact producteurs et consommateurs à travers des start-up, on génère une vraie plus-value pour l’agriculture et l’économie cantonales.» Il cite l’exemple de la Manufacture du Terroir, un projet genevois lauréat en 2021. «Il s’agit d’un atelier partagé de transformation de petits volumes de fruits et légumes, qui met à disposition des producteurs locaux l’infrastructure et les outils leur permettant de fabriquer jus, soupes, etc.»

Les deux responsables cantonaux saluent à l’unisson le fait que la vision de Star’Terre ne s’arrête pas au lopin de terre. «Ce n’est pas parce qu’on est dans le domaine agricole qu’on ne doit pas regarder au-delà de son champ, de sa commune, de son canton», commente Jean-Marc Sermet. «Durant la phase pilote de notre projet, nous avons constaté que la métropole lémanique représentait une vraie réalité en termes de flux de consommation», complète Magali Estève. «C’est un espace où les circuits longs et courts peuvent coexister, et même collaborer, harmonieusement.» Ce modèle suscite l’enthousiasme ailleurs en Suisse. Il ne serait dès lors pas surprenant que Star’Terre fasse des émules, y compris Outre-Sarine.

starterre.ch

Autres articles

«L’avenir sera circulaire»

Pirmin Schilliger & Urs Steiger

Comment intégrer la circularité dans l’économie et la société et la promouvoir spécifiquement comme un modèle de développement durable porteur d’avenir? Quelles opportunités particulières offre-t-elle à l’économie régionale? regioS s’est entretenu de ces questions avec Marie-Amélie Dupraz- Ardiot, sustainability manager et responsable de la Stratégie de développement durable du canton de Fribourg, Antonia Stalder, directrice de Prozirkula, ainsi que Tobias Stucki, professeur d’économie et codirecteur de l’Institut Sustainable Business de la Haute école spécialisée bernoise, département gestion.

regioS: L’économie circulaire est un concept assez ancien. En Suisse, la campagne de la Confédération sur les déchets en avait déjà abordé certains aspects dans les années 1990. Pouvonsnous donc aujourd’hui nous fonder sur ce qui existe ou repartons-nous de zéro?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: Le concept d’économie circulaire est aujourd’hui plus essentiel que jamais. Nous pouvons certes nous fonder sur ce qui existe, mais nous devons en faire nettement plus que jusqu’à présent. Nous ne pouvons pas aborder uniquement le recyclage, mais nous devons développer une perspective plus large où des thèmes comme éviter les déchets, réparer et réutiliser jouent un grand rôle.

Tobias Stucki: En général, nous avons encore trop peu intériorisé le raisonnement par cycles. Il faut réintégrer cette pensée dans nos esprits comme c’était la norme autrefois et comme c’est la norme aujourd’hui encore dans les pays pauvres. Un étudiant de Cuba a remarqué lors d’un cours: «L’économie circulaire, c’est comme nous vivons chez nous.»

Antonia Stalder: Il y a aussi chez nous un point d’ancrage, au moins historique. Les participants à nos formations racontent chaque fois que leurs grands-parents géraient encore leur maison de cette façon. Ils huilaient par exemple leurs meubles deux fois par mois pour pouvoir les utiliser le plus longtemps possible. D’une façon ou d’une autre, nous avons oublié cette gestion soigneuse. Nous ne nous intéressons plus à construire des objets de qualité durable et à les entretenir en conséquence. L’économie circulaire n’est effectivement pas seulement une question de recyclage, mais de valeurs. Celles-ci reposent sur le fait que les objets ne doivent pas simplement être neufs et chics, mais être d’assez bonne qualité pour être utilisés plusieurs fois et réparés sans limite – tout en paraissant encore plus beaux que les nouvelles acquisitions.

Où en est aujourd’hui la mise en oeuvre par rapport à l’objectif à long terme d’une économie circulaire axée systématiquement sur les ressources renouvelables et réutilisables?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: Nous sommes encore très loin de l’objectif à long terme. Nous avons besoin d’une nouvelle façon de penser pour pouvoir mettre en oeuvre l’économie circulaire. Tant que rien ne se passe dans nos têtes, les flux de matières ne cesseront pas d’augmenter dans notre économie. Nous devons nous rappeler tout ce que nous aurions pu apprendre de nos grandsparents.

Antonia Stalder: Dans la construction, nous utilisons par exemple chaque mois la quantité de matériaux qui permettrait de recréer la ville de New York de toutes pièces. Selon des pronostics, rien de décisif ne changera dans ce domaine d’ici à 2050.

Tobias Stucki: Nous venons de réaliser avec l’epfz un sondage représentatif auprès d’entreprises de Suisse. Les résultats montrent que seules quelque 10 % des entreprises se préoccupent déjà réellement de l’économie circulaire. Environ 40 % des entreprises n’ont, en revanche, mis en oeuvre aucune mesure au cours des dernières années pour accroître la durabilité écologique.

Est-il d’ailleurs possible de mettre en oeuvre l’économie circulaire en Suisse, vu que son économie est extrêmement intégrée dans les chaînes globales de création de valeur? Comment les entreprises peuvent-elles s’organiser pour devenir circulaires?

Tobias Stucki © regiosuisse

Tobias Stucki: La transformation circulaire présuppose dans la plupart des cas que l’on réfléchisse à toutes les chaînes d’approvisionnement et qu’il faille les réorganiser – en partie avec de nouveaux partenaires. La logistique n’est pas le problème majeur. Le véritable défi réside dans les produits eux-mêmes. La question centrale est de savoir quels matériaux et quelles substances il faut utiliser dans quels produits.

Antonia Stalder: Je ne crois pas que nous pourrons encore nous permettre à l’avenir les chaînes globales de création de valeur avec toutes leurs charges logistiques et à cette échelle. Aujourd’hui, nous produisons – le mot le dit – le long de chaînes, dites chaînes de création de valeur, qui sont linéaires en soi et non circulaires. Nous ne pourrons pas éviter à l’avenir de reconditionner, de réparer et de partager bien davantage de produits et d’appareils dans un cadre régional et local. Si au contraire nous développons encore nos transports globaux de marchandises, de gros problèmes nous attendent.

Tobias Stucki: En fin de compte, la mise en oeuvre d’une économie circulaire efficiente nous met face à un compromis: d’un côté, il est évidemment logique de fermer les cycles le plus localement possible; de l’autre ce n’est pas toujours possible techniquement. Nous aurons besoin à l’avenir d’une combinaison de cycles de création de valeur locaux, régionaux et globaux.

Comment évaluez vous, Madame Dupraz, les nécessités et les possibilités d’introduire l’économie circulaire dans notre système?

Marie-Amélia Dupraz-Ardiot © regiosuisse

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: L’économie circulaire deviendra tôt ou tard une part essentielle de l’économie, car elle est un facteur décisif de réduction des coûts et de compétitivité. Elle contribue en outre à la résilience, à une époque où les prix des matières premières augmentent rapidement et où il y a des goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement. Vue sous cet angle, l’économie circulaire devient de plus en plus un facteur de résistance économique d’une région.

En existe-t-il un exemple réussi?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: Dans le canton de Fribourg, nous avons développé une stratégie agroalimentaire qui se concentre beaucoup sur la mise en oeuvre d’une économie circulaire régionale et sur la mise en réseau des acteurs. Une des idées directrices est de recycler la biomasse secondaire.

Où se situent les points vraiment cruciaux de la mise en oeuvre?

Antonia Stalder: Pour les achats publics par exemple, le point crucial réside dans la complexité. Notre conseil essaie de la réduire à un niveau intelligible. Le besoin de ce type de conseil est important surtout dans les petites structures. Un canton dispose peut-être encore des ressources nécessaires, mais une commune est rapidement dépassée par cette question. Il manque certainement d’instruments pratiques de mise en oeuvre. Je pense à des listes de contrôle, à des critères d’adjudication obligatoires, à des bases de décision claires, etc. Le conseil et le centre de compétences de Prozirkula entendent y apporter une contribution.

Tobias Stucki: Les défis de l’économie privée sont analogues à ceux des marchés publics : les responsables connaissent certes, dans une certaine mesure, le concept d’économie circulaire, mais la mise en oeuvre dans leurs propres entreprises s’avère difficile. Il n’existe guère de solutions standard à cet effet. La plupart du temps, il n’est pas simple de développer l’approche individuelle demandée. À cela s’ajoute que la transition vers l’économie circulaire implique des coûts qu’il s’agit de financer.

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: Au niveau cantonal, nous avons certes les ressources pour développer le cadre stratégique, mais les connaissances nous manquent pour la mise en oeuvre. L’économie circulaire est un domaine interdisciplinaire dans lequel toutes les parties impliquées doivent collaborer. Elle ne fonctionne que si tout le monde se parle: la politique économique avec la politique agricole, la politique agricole avec la gestion des déchets. Un autre point crucial est de nature purement technique: la plupart des matériaux ne peuvent pas être réutilisés et recyclés autant de fois que l’on veut. Mais ils perdent en qualité après chaque cycle. La circularité est une possibilité de ralentir et de réduire la consommation de ressources, mais elle ne peut pas la stopper complètement.

Qui est particulièrement sollicité par la mise en oeuvre? Quels acteurs jouent-ils le rôle déterminant?

Tobias Stucki: Non seulement les producteurs, mais aussi les consommatrices et les consommateurs sont déterminants. Il faut aussi les sensibiliser pour que l’économie circulaire puisse réellement fonctionner. Ils et elles doivent être prêts à utiliser les produits plus longtemps et de façon circulaire. Les marchés publics jouent un rôle clé, par exemple lorsqu’il s’agit de financer des projets pilotes. Le secteur financier doit aussi jouer le jeu. Bien entendu, les élus sont également sollicités quand il faut définir les conditions-cadre appropriées. Comme pour la durabilité en général, il est inutile pour l’économie circulaire de se focaliser uniquement sur certains points. En tant que prestataires de formations, nous sommes en outre obligés de former les gens et de leur transmettre les connaissances nécessaires.

La Suisse dispose-t-elle déjà des conditions-cadre légales nécessaires?

Tobias Stucki: En fonction de nos objectifs: non ! Si on voit ce que l’UE fait en ce moment, nous sommes complètement en retard – bien que nous soyons prédestinés à jouer un rôle de pionnier vu la rareté de nos ressources et nos connaissances en matière d’innovation. Si nous ne commençons pas à travailler tout de suite et énergiquement sur nos conditions-cadres, nous courons le risque de prendre du retard en matière de connaissances par rapport à d’autres pays, retard que nous ne pourrons plus rattraper rapidement.

Antonia Stalder: Pour les marchés publics en particulier, nous aurions en fait suffisamment de marge de manoeuvre depuis janvier 2021 avec la révision de la loi sur les marchés publics. Il serait intelligent et utile d’exploiter cette marge de manoeuvre et de créer de toutes pièces les projets correspondants. Il faut bien entendu encore adapter les conditionscadres, mais on pourrait déjà maintenant en faire beaucoup plus que ce qui se fait en réalité.

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: Comme Monsieur Stucki l’a mentionné, nous aurions pu jouer un rôle de pionnier en Suisse il y a quelques années. Maintenant, l’UE est déjà beaucoup plus avancée et certains pays comme la France ont davantage de bases légales que la Suisse.

Où dans la législation pourraiton et devrait-on ne plus faire les choses à moitié?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: On pourrait faire beaucoup dans le cadre de la révision en cours de la loi sur la protection de l’environnement. La Confédération a mis la révision en consultation. Le canton de Fribourg a proposé d’aller plus loin que la proposition sur plusieurs points. Les conditions-cadres légales importantes sont celles que nous pourrons effect ivement met tre en oeuvre par la suite. Je me demande si nous disposons déjà de suffisamment de personnes qualifiées qui ont les connaissances et les compétences nécessaires. Il y a sans aucun doute encore un besoin assez important de formation et d’éducation.

Tobias Stucki: En Suisse, nous misons énormément sur le principe du volontariat. L’UE fait résolument un pas supplémentaire et essaie de réglementer clairement l’économie circulaire. Il y a des prescriptions qui obligent les entreprises à évoluer réellement. Celles qui ne font rien doivent s’attendre à des sanctions.

Antonia Stalder: Davantage de directives et un peu plus d’obligations nous feraient certainement du bien. Lorsque nous nous en tenons au volontariat, nous restons en général assez lents.

Élément essentiel d’un développement durable, l’économie circulaire est montée en très bonne place dans l’agenda de la Nouvelle politique régionale (npr). Dans quels domaines voyezvous des opportunités ou avantages particuliers de mettre en oeuvre avec succès l’économie circulaire dans les régions?

Antonia Stalder © regiosuisse

Antonia Stalder: Une fois établies, les solutions circulaires ont le potentiel d’être fondamentalement meilleures en termes économiques et écologiques que les solutions linéaires. L’économie linéaire détruit des valeurs en jetant des objets qui seraient encore précieux. Si on s’écarte de cette pratique et que l’on met au premier plan la préservation de la valeur, on gagne sur toute la ligne, peu importe que ce soit en ville ou en région rurale. À cela s’ajoutent d’autres avantages tels que sécurité d’approvisionnement et résilience. Récemment, nous avons eu le cas d’un fabricant désespéré d’automates à café qui nous a dit: «Indiquez- moi la plus grande décharge d’Allemagne, j’y enverrai dix de mes collaborateurs pour qu’ils retrouvent nos appareils et extraient les puces. Nous pourrons ainsi produire trois mois de plus et survivre.» La région peut donc devenir la plaque tournante de l’économie circulaire.

Madame Dupraz, comment apportez-vous l’économie circulaire précisément aux régions du canton de Fribourg?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: Ma tâche principale est de sensibiliser les différentes politiques sectorielles du canton aux défis de la durabilité, ce qui nécessite une culture de l’interdisciplinarité. Une personne qui travaille dans la politique économique doit donc aussi penser aux aspects écologiques et sociaux, et vice versa. Nous essayons de lancer, avec des participants de tous les domaines de l’administration, des projets qui incarnent cette culture de l’interdisciplinarité.

Monsieur Stucki, les entreprises conçoivent-elles l’économie circulaire comme une opportunité ou comme une charge pénible?

Tobias Stucki: Il y a des entreprises qui se soucient déjà de l’économie circulaire et agissent en conséquence, justement parce qu’elles y voient des opportunités. De nombreuses autres y flairent surtout des risques et des dangers. Mais il y a maintenant dans toutes les branches des entreprises phares qui démontrent que cette économie fonctionne. Pour dissiper les craintes, on devrait les mettre encore davantage en vitrine. Il ne s’agit pas seulement de la gestion soigneuse et efficiente de ressources qui deviennent de plus en plus rares. Une économie qui ne comprend pas cela et qui n’est pas prête à en tirer les conséquences ne sera un jour plus compétitive.

Avons-nous besoin de signaux supplémentaires du monde politique pour établir l’économie circulaire chez nous?

Marie-Amélie Dupraz-Ardiot: La situation actuelle des goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement contribue à ce que de nombreuses entreprises prennent réellement conscience, pour la première fois, de l’importance d’une gestion efficiente des ressources. La pénurie a probablement plus d’effets que nombre de moyens de pression politiques. J’espère en même temps que la modification de la loi sur la protection de l’environnement apportera quelque chose, y compris aux régions. Dans le canton de Fribourg, nous essayons avec cette nouvelle perspective d’élaborer un plan de gestion des déchets qui soit plus global et qui aborde l’ensemble de l’économie circulaire, bien au-delà du recyclage.

Autres articles